Michelle Ballion

 

Michelle Ballion


Présentation de la démarche plastique.


Le caractère rhizomatique en tant que processus de travail est ce qui permet à Michelle Ballion de créer  intrications et croisements entre les principaux axes que suit sa recherche plastique, au fil d’une vingtaine d’années de  présence active sur la scène de la peinture contemporaine.

Dans  sa prédilection fondamentale pour la dimension tonale de la couleur en relation avec le noir de l’encre résonne le désir de réunir en un même geste  la référence à l’esthétique asiatique et aux codes de la peinture occidentale.

Mais les qualités constructives de la forme/couleur ne sauraient éclipser le questionnement sur la matérialité propre du tableau  et ses conditions de visibilité.

Ainsi le geste pictural modifie l’aspect du tableau  en proposant un dispositif où transparences et opacités colorées se modulent et se recréent indéfiniment en privilégiant la singularité de chaque  regardeur. Cette démarche  « phénoménale » comme l’a qualifiée l’écrivain Michel Tournier, ressurgit dans les œuvres les plus récentes.

Si par la voie royale de la couleur les problématiques de la lumière se partagent entre matière et représentation et façonnent l’histoire de la peinture, dans les derniers travaux de Michelle Ballion la lumière est induite par sa propre matérialité, sa propre composition chimique au point que les deux entités s’amalgament, faisant corps.

Renouer avec la réflexion sur les conditions de visibilité du tableau  en incorporant le paradoxe de ce  matériau à la fois opaque et translucide, (le pigment phosphorescent), amène l’artiste à satisfaire aux prérogatives réputées antagonistes de la couleur comme forme et sensation  et de la ligne comme trace et signe et de réinventer la double vie du tableau, diurne et nocturne.

La recherche picturale de Michelle Ballion tire sa force de son adéquation intime avec ses propres inquiétudes et interrogations cristallisées par l’exemple emblématique de la nature en interaction avec l’humain.

Etre en phase avec les enjeux les plus sinistres de nos sociétés et les déborder dans l’acte créateur, en est la manifestation de sa  contemporanéité, de cet excès qui le rend indispensable.     


Malvina BOMPART

Historienne de l’art

Membre de l’AICA